31664222

Discussions avec torts et travers

18 octobre 2004

Concept Note n°6

Quelle autre activité est plus distrayante que de faire des bulles avec son nez ?

Il faut bien trouver des points positifs au rhume. Bien sûr, il y a toujours la satisfaction primaire de pouvoir envoyer ses crobes par vents buccaux et autres éternuments fourbes, mais la bulle du nez comporte l'avantage certain du goût du spectacle.

Bref, qu'il y a t'il de mieux ? Une Concept Note !, me diront des miliers de fans frustrés du vendredi ! « Réveillons les morts ! , Quelle bonne idée ! » disait je ne sais plus si c'était la gamine ou la mère dans le film 'La famille Adam's' tout à la fin.

Je m'en vais réveiller vos neurones avec la question :

 

« Quelle innovation doit-on à Wagner dans le déroulement d'un spectacle ? »

 

Pour ceux qui se demandent encore qui était Richard Wagner, teuton de son état, ayant vécu entre 1813 et 1883, juste avant que l'Europe ne se décide un peu plus sérieusement à se foutre sur la gueule: c'était un grand monsieur qui a beaucoup fait pour la musique classique. Il en va à la symphonie comme la fritte sur une pizza aux moules.

Quand on cherche des informations sur R. Wagner, il faut se méfier car un autre grand homme a aussi fait beaucoup pour un autre art, le septième en l'occurrence. Je n'hésite pas à parler de Robert (mais oui, rappelez vous Robert, enfin Jonathan avec Jennifer Hart), après tout il n'y a pas que Redford qui soit un Robert.

 

Bref, notre Wagner ne découvrit la musique qu'à quinze ans alors que moi, sans rires, au même âge, j'avais déjà les meilleurs tubes de Dorothée, Douchka et de Goya qui ne peignait déjà plus à l'époque, alors, on en fait peut-être un peu trop.

En 1830, à Leipzig à cause de la météo ou d'évènements politiques de France et de Pologne, je ne sais plus, il joue le même rôle que Jean-Pascal à la Star'Ac, agitateur. Il se fait remarquer avant sa majorité, y'a des paires de claques qui se perdent.

Quelques années après, il compose son premier opéra alors et se marie avec Minna en 1836, le 24 octobre.

 

Le reste ne sera qu'une alternance de succès et de soucis financiers pour disparaître en laissant de grandes œuvres.

Quelques exemples tels que La Chevauchée des vaches qui rient, La crêpe ausculte des dieux, Tatanes à Hauser et Persilfe Alf.

(Biographie résumée de façon tout à fait atroce, mes excuses à la famille)

 

Mais quant à la question sur le spectacle ? Qu'a t-il donc fait ?

A t-il autorisé l'entracte pour permettre la distribution de glaces ? le tripotage des voisines comme au ciné ?

 

En parlant de glaces, je ferai bien d'arrêter mes cônes-ries.

Pour le tripotage, j'ai soudainement une pensée humide pour l'Ours. L'ours était un superbe film de Jean-Jacques Annaud bien qu'un peu court. Etant d'un naturel timide, il m'a bien fallut au moins la moitié du film pour prendre la main de ma voisine (alors que l'affaire était dans le sac et ma main au panier).

Il faut dire que la mort affreuse de maman ourse au début du film m'a coupé mes envies. Je suis sensible, que voulez-vous. Alors qui plus est, je peux dire que tout cela est peu grâce à Richard. Sinon, fi d'Annabelle ce jour là.

 

Quand je vous dis que tout est lié. Wagner, l'ours, Annabelle et la main au panier.

J'essaye de vous donner des indices.

 

Tiens, un autre. A l'époque de Richard, la modernité ne l'avait pas encore perverti, c'était des orchestres et des salles à la bonne franquette, avec un éclairage lent à allumer et terne (il doit bien en falloir un paquet de chandeliers –qui je vous le rappelle, a servi au colonel Moutarde dans la cuisine- pour éclairer une salle).

Alors Wagner, c'est l'entracte pour le soulagement des vessies ? (c'est un comble étant donné cet éclairage lent, terne). Mais pour qui se prenaient-ils ses incontinents ?

 

Bref.

En fait, Wagner, en plus d'être un précurseur dans l'atonalité, était le premier brouilleur pour ondes parasites des salles de spectacles.

(ah parce qu'en plus de raconter des âneries Barnabé, tu suis l'actualité ?)

 

Alors que les portables n'étaient pas encore inventés pour pourrir irrespectueusement un film ou un concert; les gens, dans les années 1800, n'hésitaient pas à papoter et à déranger les artistes.

Et pourquoi donc ? Et bé parce que la lumière était allumée ! Bé vi. La preuve, lorsque la lumière s'éteind au ciné, normalement, les zyvas mis à part, les spectateurs ferment leurs tronches.

 

Donc, Wagner a eu l'idée le premier de laisser le public dans le noir lors des représentations. Salle dans le noir, on se tait.

Et on tripotte plus discrètement sa voisine.

 

Et voilà.

Merci Wagner.

(ah c'est pas Robert qu'aurait eu une idée comme ça).

 

Posté par barnabe à 08:50 - Concept Notes - Commentaires [9] - Permalien [#]

Commentaires

  • chanson à tue-tête

    "Jonathan Hart Haaaaaaaaaaaa
    Jennyfer Hart Haaaaaaaaaaaa
    Les jus-ti-ciers mil-liar-dai-res
    Jonathanananannananananan
    Jennnyfeeeeeeeeeeeeeeeeer"

    (bande son du feuilleton avec Wagner, Robert)

    Posté par samantdi, 18 octobre 2004 à 10:13
  • J'avais bien reconnu, sauf la voix qui sature un peu en aigue (je vais racheter des tympans et je reviens).

    Posté par barnabé, 18 octobre 2004 à 10:21
  • Quoi, ma voix ? qu'est-ce qu'elle a ma voix?

    "la voix qui sature un peu en aigue "????

    Mais comment as-tu deviné, Barnabé?

    (moi qui rêve de susurrer comme la Carla Bruni, pfff...)

    Posté par samantdi, 18 octobre 2004 à 11:56
  • Mensonges....

    Qui est celui ou celle qui se fait passer pour Barnabé et vient prétendre qu'il n'a aucune culture sur mon blog ???
    Mensonge ! La preuve.
    Car il en faut de la culture pour savoir que Wagner s'est attiré la faveur du public en plongeant la salle dans le noir afin de permettre les libidineux ébats de ses spectateurs.
    Ce qu'on sait moins c'est qu'il était initialement fromager, mais qu'il s'est fait voler par un salopiot de Français la recette de fromage qui devait le rendre riche. C'est ce qui l'a contraint à se tourner vers la musique.
    Mais si... La Wal Qui Rit, ça vous dit rien ??

    OK, je me désintègre !

    Posté par LaVitaNuda, 18 octobre 2004 à 13:41
  • >LVN: Voyons, voyons, l'autre pays du fromage, c'est bien la Hollande. Et la couleur du maillot de foot hollandais, c'est bien orange.
    Donc, c'est à partir de cette histoire de vol du fromager Wagner qu'a été crée la chanson : Qui a volé a volé a volé a volé l'orange, Qui a volé a volé a volé a volé l'orange du marchand !

    *vient de me dissoudre aussi*

    Posté par barnabé, 18 octobre 2004 à 13:58
  • on m'a volé l'idée de la Walkyrie, c'est pas juste, bon je n'avais qu'à venir plus tôt, avant que la salle ne soit dans le noir complet...

    Posté par jocaste, 18 octobre 2004 à 14:18
  • Mééééé

    t'es sûr que c'est pas "Persifle Alf" plutôt? et la "Vraie pustule des vieux" hein? et puis "Lâche les veaux chez les vaches qui rient"? nana? t'es sûr de tes réferences? en tout cas bien que j'aime beaucoup le père Wagner je ne connaissais pas cette anecdote. Quelle culture Barnie! bizzzzzzz Tillie

    Posté par Tillie, 18 octobre 2004 à 19:04
  • Psychanalyse

    je suis une fan frustrée du vendredi.

    Posté par 4, 18 octobre 2004 à 21:01
  • Barnabé

    arrêt prolongé chez toi ce soir, car cette note le vaut bien. J'ai même appris d'où venait l'expression, prendre sa vessie pour une lanterne... Merci de cette illumination Barnabé; j'aimerai tant que celle-ci fut contagieuse...
    A bientôt...

    Posté par jean-jacques, 18 octobre 2004 à 22:36

Poster un commentaire