31664222

Discussions avec torts et travers

30 mai 2006

web v2.006 (2)

Comme l’image du temps exécrable des bords de Manche, il est des légendes urbaines qui circulent dans les milieux autorisés (souvent féminins mais ce n’est pas le propos) à propos du mode de vie des groupes d’hommes en week-end annuel. 

L’Homme de web est un malpoli.
Faux. L’Homme de web (week-end beauf) se retrouve au bout d’une année avec son congénère d’une poignée de main virile ou d’un échange de bises scratch.
L’effet scratch se révèle particulièrement important au fur et à mesure du week-end car les barbes respectives poussent. Cependant, la formule ‘bises entre hommes’ doit se limiter aux retrouvailles et à la séparation, ce qui limite les risques de fixations gênantes. On a déjà vu des sursauts de tendresse pour un but marqué où un excès de boisson mais les cas restent rares.
Aussi, l’Homme de web ne se rase pas car il parait ainsi plus viril. Cet aspect est très important pour le maintien de son intimité car le potentiel hormonal présent dans ce genre de réunion de longue durée (2 à 4 jours) pourrait jouer des tours inattendus.
Enfin, il salue toutes les personnes qui n’appartiennent pas au cercle par d’enjoués et cordiaux cris de bienvenue et quelques sifflements chantant. 

L’Homme de web n’est pas loquace.
L’Homme de web sait adapter son vocabulaire et sa gestuelle auprès de ses compatriotes. Les phrases sont plus courtes, plus imagées et forcément interrompues par des sons, onomatopées et autres soudaines grossièretés qui ne choquent pas dans le contexte. Par exemple, un non peut être remplacé par un rot, c’est assez commun. Il arrive que emporté dans son élan, le oui soit aussi éructé auquel cas, il faut jouer de la nuance (un sourire simultané ou un hochement de tête).
Le tr*ptyque b*te cou*lle n*chon reste class*que (remplacez le * par la lettre de votre choix).
Ce mode de communication permet d’être simple et concis tout en usant de la poésie variée de la langue française. 

Les Hommes de web sont plus idiots ensemble que séparément.
Bien au contraire, l’Homme de web joue de centaines de sujets de conversation à la minute. Exemples : les filles, le foot, les femmes, le sport.

Preuve encore plus flagrante, à partir d’une certaine heure (il est question de la tranche horaire 1-4 heure du matin) et d’un certain nombre de « Le verre est vide, j’me dessèche, c’est fou ce qu’il fait chaud, t’as pas chaud toi ? Bon tu me ramènes la bouteille. Dis donc, c’était pas mauvais ce truc, y’aurait pas un goût de pomme ? Bon ce coup ci, tu fais pas le frileux, tu verses. Ah toi tu mets du caramel dedans. Ouais ça coupe un peu. T’as raison ça se boit comme du petit lait. Qui c’est qu’en veut, j’ai le doseur. Ouais, ça serait bien d’la pomme », les thèmes évoluent de façon désordonnée passant de la guerre en Moyen-Orient, la peine de Mort, la mondialisation, le sarkozysme, l’éducation des enfants, les méthodes d’intégration, le test de la R1 SPE sur le circuit de Catalogne, les pronostics du Mondial et t’as vu la meuf à Totti, y s’fait pas chier.

 

Demain peut-être, d’autres indubitables attestations prouvant que l’Homme du web est civilisé (malgré les apparences).

 

Posté par barnabe à 08:31 - WEB - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

    Wouahhh ! ça donne vachement envie... d'y échapper, quand on est une fille !

    Posté par Tristana, 30 mai 2006 à 08:43
  • Oui, comme quoi il est important de ne pas se fier aux apparences !

    Posté par Anne, 30 mai 2006 à 11:09
  • manque que nicolas hulot pour commenter la visite du zoo, pardon, de la tanniere du male en web .

    Posté par Cécile, 30 mai 2006 à 13:07
  • Quelle joie d'appartenir au sexe faible !!
    Z'êtes trop forts vous les Garçons.

    Posté par Fanny, 30 mai 2006 à 13:35
  • la bise scratch, c'est comme les poignées de main viriles : c'est celui qui fait le plus mal à l'autre qui a gagné!

    Posté par jid, 01 juin 2006 à 22:00

Poster un commentaire