31664222

Discussions avec torts et travers

28 juin 2006

Kronique N°30 - Les couilles du toréador

Avec mes excuses pour le titre.

La configuration est établie. Mon poteau arrive dix minutes avant le coup d’envoi, juste le temps de faire la bise aux nains et les hymnes peuvent débuter.
Il est des soirs plus importants que d’autres, aussi nous nous tenons debout bras sur les épaules, face aux joueurs et dans l’entrain de la Marseillaise. Comme depuis le Togo, je porte le maillot bleu de 98, celui qui n’a pas encore l’étoile or arrachée un 12 juillet.
Ça ne doit pas s’arrêter ce soir comme c’était inconcevable que la vieille génération s’en aille par la petite porte vendredi dernier. Il ne fallait pas écouter la presse espagnole et encore moins le sélectionneur ibérique. Le match semblait être joué sur le papier. L’expérience française serait dépassée par la fougue jeunesse espagnole.
Je disais hier que je croyais y croire.

Le battage médiatique sur l’armada espagnole faisait effet, j’étais excessivement méfiant. Les deux équipes pressaient haut, cherchaient la possession du ballon. Le rythme était peu élevé, les picadors se plantaient sur une accélération. J’aimais les interceptions défensives tricolores prouvant qu’ils étaient bien entrés dans le match.
Toujours avec cette idée de pourvu qu’ça dure, le match avançait. 

La première faute fut pour eux. La première action fut pour nous lorsque ni Ribéry, ni Vieira ne purent reprendre un centre devant les buts.
Nous devisions tactique, commentions le choix du seul attaquant français et Thuram mit la semelle. Je vis la simulation avant d’acquiescer, bien obligé. Barthez partit du bon côté mais le penalty était parfaitement tiré dans le petit filet.
Dans un match aussi verrouillé, le premier but, dit-on, souvent à raison, est décisif.
Ce n’était pas mérité, pas forcément mais débloquait la partie.

Henry aura passé 90 minutes à jouer de l’autre côté de la ligne virtuelle du hors-jeu. Pas une faute d’arbitrage, rien à se mettre sous la dent de ce côté-là. Le référé italien fut tout simplement parfait, le meilleur depuis le 9 juin. 

Comme l’équipe et le pays, je patientais en voyant les secondes s’égrener jusqu’à la mi-temps avec l’assurance qu’un deuxième but encaissé serait fatal.
Nous discutions de l’âge du capitaine lorsque le ballon partit dans le dos de la défense espagnole, Ribéry fit tour du périphérique avant de crocheter Casillas dans un mouvement presque trop lent, un tir du talon et deux défenseur plongeaient pour tacler la balle en dehors du but déserté. Le ballon passait, je ne sais pas encore comment. L’ex-néo-futur-ancien lyonnais (ou marseillais) rejoignait le banc de touche pour sauter sur ses coéquipiers.

Après tant d’occasions ratées dans les matchs précédents, ce but déclenche tout.
Quelques instants avant la mi-temps, ne pas se relâcher, surtout pas. Les équipes se maîtrisent. 

1-1 pendant un quart d’heure. Nous prenons le frais dans le jardin. Je me donne une contenance en jouant avec le chien qui perd ses poils. Le stress du match sans doute et ses sursauts lorsque nous hurlons. Je reviens avec deux minutes de retard le temps d’une bouteille d’eau à récupérer et d’un petit pipi salvateur (c’est intéressant non). Je ne sais pas si c’est bon pour la concentration d’aller ainsi se soulager avant la reprise. Selon le même raisonnement, je m’étais rasé la veille pour ne pas perdre l’influx.

La seconde moitié du match est identique à la première avec un jeu espagnole qui se développe et se heurte à la défense française. Les bleus jouent en contre, c’est étonnant. Henry est toujours hors-jeu. L’arrière latéral hispanique à la calvitie évidente commence à me chauffer.
Aragones fait ses premiers changements, très tôt. A vingt minutes de la fin, il avait fait ses trois remplacements. Je ne comprenais pas. Il avait donc modifié quelque chose en écartant son équipe sur les ailes sur un schéma proche de l’équipe de France. Raul le madrilène était sacrifié. Je ne sais même plus ce qu’il s’était passé durant ce début de seconde mi-temps. Le match n’embrayait pas sur une prolongation, ça se sentait, ça se règlerait étrangement, à la coréenne peut-être. La frontière entre le match réussi et le raté était faible. 

Raymond réagissait lentement aux modifications tactiques espagnoles. Je réfléchissais au banc en nommant les remplaçants. Nous en concluions qu’il était faible. Rien ne changeait, le coaching à la Raymond me faisait peur. Vas-y, réfléchis, je ne comprenais plus rien. Puis à ¼ d’heure de la fin, Govou, celui qui a le numéro prévu de Cissé spectateur crêté du soir, rentrait.
Je restais circonspect. Govou, pas possible, pas lui quand même. Mais que fait Raymond ? Malouda en demi teinte sortait. J’étais perdu tactiquement bien que ce fut un remplacement poste pour poste. Il se passait des trucs sur le terrain et même les explications d’Arsène Wenger ne me paraissaient pas limpides. 

Au moment où Vieira piqua sa tête sur le coup franc de la 84ème minute, je voyais le ballon à l’extérieur pendant 2 secondes, il n’y avait pas but. Juste le temps pour la caméra de se fixer sur Iker avec le ballon dans les bras à l’intérieur des buts. J’entendais but en décalé et sauta en beuglant. Nous rebondissions de concert entre la table basse et la télé.
Les joueurs s’entassent dans une joie que nous n’avions pas vue depuis longtemps. Vieira est encore une fois, grand, très grand.

Je reprenais ma position avec le chronomètre en ligne de mire. Mon poteau proposait d’amener son cardiomètre pour le prochain match. Que c’est long cinq minutes.
Henry sortit pour Wiltord. Raymond jouait le résultat en l’état. J’imaginais déjà le changement Ribéry – Saha en cas d’égalisation.
Plusieurs corners hispaniques de suite, quelques coups de sifflet bien à propos de l’arbitre. Deux minutes d’arrêts de jeu qui se transformaient en 3. Trop long. Je n’empêchais pas mon esprit de courir jusqu’au Brésil de samedi. Des choses trop belles pour ne pas y penser sérieusement quand on mène 2-1 contre l’Espagne à 5 minutes de la fin. 

L’Espagne perdit un ballon bêtement en touche, je me disais qu’ils n’y étaient plus. Puis l’interception, le une-deux-trois d’école pour décaler Zidane sur la gauche. L’essence dans le moteur paraissait manquer mais la défense espagnole peinait à revenir aussi. Zizou repique dans la surface, il fait le crochet sur Puyol et tire au premier poteau. Iker est trop court, pratiquement à contre-pied. Le ballon rentre, c’est de nouveau l’hystérie de la délivrance, la victoire qu’on ne remet pas en cause, l’estocade. Le vieux taureau porte en haut de ses cornes acérées les cojones d’Aragones. Comme ajoute mon poteau : ‘Aragones, tu l’as eu dans les fesses’.

La fin n’est que soulagement, Henry saute sur le dos de Raymond, les joueurs rayonnent. Nous aussi. Le parfum des années fastes revient. 

Je me tourne :’hé, au fait, samedi soir, tu fais quoi ?’

Posté par barnabe à 11:40 - Un match, une bière et au lit - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires

  • Enfin vieux, vieux, je ne voudrais pas dire mais le vieux taureau il a un an de moins que toi, quand même !

    (Oui il fallait quand même que dans tout ce soutien inconditionnel, je te fasse un petit commentaire pest@couettien).

    Chuis presque plus contente pour toi que pour eux, dis donc !

    Posté par Anne, 28 juin 2006 à 12:59
  • "Le référé italien fut tout simplement parfait, le meilleur depuis le 9 juin."

    Alors, on ne parle plus d'"arbitrage orienté méthode FIFA" quand M. Rosetti oublie un penalty (48', Henry sur Puyol) et siffle un coup franc "décisif" qu'il est le seul a avoir vu ?

    A part ça, vos Blancs (pour l'occasion) on été les plus forts.

    Posté par Diego, 28 juin 2006 à 13:41
  • comment ça se fait que tu commentes pas plus la simulation de Henry qui amène le coup franc victorieux ?

    Il mérite pourtant un carton pour ça non ?
    moi aussi je t'embrasse...

    :p

    Posté par lalune, 28 juin 2006 à 13:45
  • Ouf ! Avec cette victoire en 1/4 de finale, la France échappe au moins au tire de champion du monde des matches pourris (1er ex aqueo Angleterre et Ukraine).
    A mon avis, ils le doivent beaucoup à cette équipe Espagnole qui n'aura jamais renoncé à vouloir prendre le jeu en.
    Mais on dirait bien qu'il y a une vraie malédiction France-Espagne, comme il y en eu longtemps une quand la France perdait contre l'Italie (à laquelle on ressemble de plus en plus).
    Et puis c'est mérité pour Ribéry qui mets fin à sa collection d'occasions non-cadrées, et Zidane qui fait taire les chambreurs espagnols, et Vieira qui renvoie Aragones et ses hystéries racistes de bord de touche vers la sortie.

    C'est quand même toujours plus intéressant de voir une équipe de France jouer au football non !?

    Posté par LaVitaNuda, 28 juin 2006 à 14:01
  • Bon, ben là, je crois qu'il va falloir que je regarde le match de samedi...
    Pfff va pas être simple pour moi de tout comprendre !

    Posté par Pem, 28 juin 2006 à 14:56
  • le brésil a une revanche à prendre ... le match risque d'être de toute beauté et le perdant est d'ores et déjà le gagnant d'une belle défense!

    Posté par olivier, 28 juin 2006 à 17:26
  • J'y croyais tellement pas

    Qu'il y avait zéro champagne au frais.
    Alors après avoir resavouré le match en regardant jour de coupe du monde hier soir, reresavouré ce matin en regardant les buts sur toutes les chaînes possibles avant d'attaquer la journée, nous allons pouvoir trinquer ce soir.

    Arriba el viejo matador que no va a jubilar.

    Posté par marie-hélène, 28 juin 2006 à 17:37

Poster un commentaire