31664222

Discussions avec torts et travers

22 juillet 2006

Oléron dans l'eau (3)

L’orage gronde au dehors, la pluie tombe, nous attendons le frais, à 4h du matin en faisant la planche sur le matelas.

Moi : pfff, hi hi
Elle : pourquoi tu rigoles ?
- Je repense à mes parents une nuit d’orage alors que nous étions dans nos canadiennes (les tentes, merci),
- Et ?
- J’ai la vision de mon père, en pyjama (c’était terrible ces pyjamas) avec un parapluie et une lampe torche traversant le terrain sous la pluie pour nous demander si on allait bien.
Ma mère l’avait tellement seriner en s’inquiétant de notre sort qu’il avait craqué.
- ça ne m’étonne pas de ta mère !
- Nous, bien sûr, on ne dormait pas avec tout ce bazar, ça fuyait dans chacune des tentes, on cherchait les fuites avec nos lampes. J’ai vu mon père, on a rigolé et il est revenu avec des casseroles. Notre fierté, malgré la mère qui râlait, devait nous faire tenir dans l’adversité d’un milieu hostile.
- J’imagine très bien la tête de ton père.
- D’ailleurs, quand j’y pense, c’est curieux, j’ai toujours eu des tentes qui fuient.
- parce que ta mère passait les toiles à la machine à laver ?!
- oui, sans doute, ça doit être ça. Remarque, tu peux parler, tu passes bien les anoraks des enfants à la machine !
- Et comment tu veux les nettoyer ?
- Avec une brosse et tu frottes. Pourquoi ?
- Mais ils sont toujours imperméables les vêtements maintenant de toute façon.
- Alors pourquoi ils vendent des sprays pour refaire l’imperméabilité ?
- Non, tu confonds avec la bombe que j’ai pour les chaussures en daim.
- En daim ? C’est idiot de refaire l’imperméabilité du daim. T’as déjà vu un daim gonfler lorsqu’il pleuvait toi ?

L’orage s’est tu.

Moi aussi.

N’empêche que je n’ai jamais eu une tente étanche.

Posté par barnabe à 10:43 - Des aventures trépidantes - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires

  • Waouh. Quand on revient après des semaines d'absence, on est fort aise de voir que certaines choses ne changent pas : tu es drôle.
    )

    Posté par Elise, 22 juillet 2006 à 12:00
  • pour l'orage pas de soucis, planter des patates sur les piquets, la foudre ne passe pas

    Posté par humour japonais, 22 juillet 2006 à 13:00
  • esclavage

    C'est quoi cette idée de nettoyer les imperméables des enfants avec une brosse et de frotter??? A quoi ça sert d'avoir une machine à lessiver alors? Vive la libération de la femme! ))

    Posté par carole, 22 juillet 2006 à 16:57
  • Et lors des fortes pluies, il fallait vite creuser des tranchées autour des tentes (et non canadiennes!)!
    Que de bons souvenirs, mais sommes nous donc mazo d'aimer camper dans de telles conditions?

    Enfin, ca vous donnent pas chaud de parler d'anoraks alors que nous sommes en pleine canicule?

    Bonne fin de vacances!

    Posté par Luc, 22 juillet 2006 à 21:05
  • Ben moi j'ai jamais eu de tente !

    Pourtant, avec mon petit frère, on en a passé des heures à rêver devant les tentes du catalogue Manufrance (yes, nous ne sommes plus tout jeunes !) mais le camping, c'était impensable selon notre mère.
    Et après, ça c'est pas trouvé.
    Et maintenant, je vais avoir 50 ans !
    J'ai décidé de porter un appareil dentaire. Peut-être que dans la foulée, je pourrais m'offir une tente, celle qu'on jette en l'air et les nuits de canicule, je dormirais sous la tente sur ma terrasse !
    Et mes voisins qui se la pètent viendront se plaindre que ça fait pas genre !
    Est-ce que je leur dirai merde ? Bonne question !

    Posté par marie-hélène, 23 juillet 2006 à 00:42
  • Imperméable?

    Je ne sais pas s'il existe des tentes imperméables.
    J'en ai pas connu dans ma vie, moi.
    C'est pour ça qu'au bout d'un moment mes parents ont investi dans une caravane, et que moi, ben maintenant c'est mobil home : les joies du camping mais un certain confort quand même...

    Posté par CarrieB, 23 juillet 2006 à 18:48
  • 20 ans de camping au compteur

    bien sur que les tentes elles étaient imperméables, à l'époque on les bichonait, fallait que le matériel dure, c'était une autre époque, c'est fini, on ne va pas pleurer;
    je me souviens d'une canadienne qui s'est envolé en Belgique, on s'est retrouvé à l'hôtel
    je me souviens d'une canadienne qui flottait sur l'eau en Italie
    je me souviens qu'on m'a cassé ma bagnole pour me piquer ma canadienne
    j'ai arrété le camping ce jour là, mais je ne regrette rien
    non rien de rien je ne regrette rien, j'avais 20 ans
    poil au dent

    Posté par humour japonais, 23 juillet 2006 à 20:59

Poster un commentaire