31664222

Discussions avec torts et travers

19 juin 2007

File au sophisme

Je me rappelle d’un dimanche matin.

Je suis sûr que c’était un dimanche matin puisqu’il y avait Téléfoot. Juste avant, il y a AutoMoto, puis la météo de la journée. C’est curieux comme ces dimanches matins là me reviennent en tête.
Téléfoot, c’est bien pour ces moments là, il n’y a pas grand-chose qui provoquent les neurones, il suffit juste de se laisser regarder par l’écran de télévision.

J’ai bien du rester deux ou trois heures devant le poste, assis sur cette chaise en bois. Il y a eu du mouvement autour pendant cette période je crois qu’ils sont passés et repassés, ils ont été se promener ou ailleurs.
J’étais avec mon verre de jus d’orange sur cette chaise. Tranquille, philosophe traitant de la forme du monde. Sans doute.
Il parait que dans mon étude de l’Univers, j’émettais des borborygmes à chaque question qui frappait ma bulle.
Ils ont du conclure que Thierry Rolland pouvait avoir des effets néfastes.

Il pleuvait un peu dehors, c’était frais lorsque la porte s’ouvrait.
Ou alors il y avait du soleil. Ou c’était la lampe. C’est curieux les effets de lumière.

Il fut possible que pendant mes réflexions (intenses), j’eusse une sensation de résonance intracrânienne avec boursouflures neuronales aboutissant à un léger mal de tête.
Léger, comme la plume d’un oiseau qui virevolte dans l’air primesautier du printemps ou comme la chiure d’un obèse pigeon parisien qui tombe sur le pare-brise d’une Mini-Cooper. Je ne sais plus. 

Puis tout est redevenu normal, je me suis élevé au dessus de la campagne, j’ai fait deux tours sur moi-même, j’ai été aux toilettes, puis j’ai repris une activité normale. C’était déjà l’heure de l’apéro. 

D’aucuns ne comprendraient pas cette capacité que peut développer une meute d’hommes bien portants à prendre de la distance sur leurs vies, sur l’insignifiance du tout et du rien, sur le renforcement intellectuel lié à la sélection naturelle de neurones.
C’est un peu cela et tout aussi à la fois le week-end qui arrive.
Nous allons réfléchir. 

C’est beau un homme qui pense.

Posté par barnabe à 11:21 - WEB - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

  • Tu m'as ému Brian...

    Poète.

    Posté par Vinvin, 19 juin 2007 à 12:15

Poster un commentaire