31664222

Discussions avec torts et travers

20 octobre 2007

Allons plutôt jouer au jokari

Une Coupe du Monde, ça se gagne ou ça ne s’organise pas.
Trois défaites, un aller-retour contre les Pumas qui prouve qu’il n’y a pas de malchance sous la contre performance et une contre le meilleur ennemi.
Tout ça comme s’il n’y avait pas eu 95 et 2001 en Hand-Ball, 98 en Football comme si nous n’étions pas déflorés de la victoire finale sur le Monde. Comme si nous ne savions pas profiter du match à domicile, comme si le pays revenait à ses records en matchs amicaux.
Y’a pas à être beau joueur ou je ne sais quel Coubertiniste, Coubertin, c’est un idiot.
On n’entend jamais un gagnant parler de ce Pierre là. 

Résumons : Irlande, Géorgie, Namibie. Et un coup de chance contre les Blacks. Quand on perd les 4/5èmes des confrontations avec la Nouvelle-Zélande, ce n’est que de la réussite statistique, ce n’est pas de la supériorité réelle. D’ailleurs, je serais de là-bas, je n’hésiterais pas à me les mordre.

Ça valait le coup de nous pomper l’air pendant 112 jours depuis la mise en quarantaine de nos quintaux de bidoches nationales. Préparation, qu’ils disaient.

 

imgoptEt la publicité, et les sponsors, et TF1.
Et Laporte qui attend la couverture sarkosienne pour se sauver de tous ses écarts ou légèretés de gestion de ses entreprises professionnelles hors sports et pour se faire oublier du fisc.

La France

journalistique est comme cela, elle est capable de fermer les yeux sur un escroc tant qu’il génère l’espoir et sort l’habit de chevalier blanc dès que le vent tourne.
La lecture de L’Equipe Mag du jour est courageuse.

 

Après tout cela, y aurait-il un supporter de l’Ovalie capable de me parler de l’esprit formidable et généreux du rugby, de m’affirmer qu’aujourd’hui, la différence avec le foot est criante.
Tout est terminé, nous en sommes sûrs.
Reste à apprécier un beau match au SDF en clôture de l’évènement mondial.

Coupe du Monde de rubgy organisée en France:  Sorte de compétition trop étirée dont le pays hôte vient de se prendre l’élastique de slip dans la gueule.

Posté par barnabe à 11:59 - Critiques faciles... - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire