31664222

Discussions avec torts et travers

25 octobre 2007

Pollution visuelle

Ils ont raison de culpabiliser l’opinion publique.

polluCela agitera les petits enfants dans les chaumières, ils reviendront de l’école avec de grandes phrases graves, ils nous expliqueront avec le grand sérieux que peuvent avoir les élèves de primaire, que l’avenir de la planète est en jeu, que nous, adultes, sommes responsables de tout cela, que l’Homme est méchant envers la Terre et les petits oiseaux.

Ils nous parlerons de l’eau qui coule pendant qu’on se brosse les dents, des gaz d’échappements, de la pollution des usines, de toutes ces dépenses électriques et nous ne saurons pas forcément quoi dire. Sauf, des oui, oui, tu as raison.
Comment tu leur expliques qu les méchants, ce n’est pas nous ?
Parce que oui, c’est vrai, nous avons une part de responsabilité, mais elle est tellement faible par rapport aux industries, par rapport aux politicards, aux économistes boursiers.
Alors bien sûr, c’est évident, il nous faudra montrer l’exemple parce que c’est notre rôle, et aussi parce que ce n’est pas plus mal. 

Déjà, je ne mets aucun appareil en pause. C’est bien non ? Même si je sais que la boite dans laquelle je bosse laisse les lumières allumées la nuit et laisse couler l’eau des robinets. Le salarié se conduit bien mieux chez lui, ou alors, il est con. Il y en a.
Peu importe, je sais je connais l’argumentaire, les petites gouttes d’eau feront des grands fleuves.
Et nous économiserons une tranche d’une seule centrale nucléaire pendant que dix mille nouveaux camions fleuriront sur les routes.

Qu’est-ce tu veux que je lui dise ? Que ce qu’on fait ne sert à rien. Ben non, nous ferons ceux qui croient que c’est vraiment utile, que nos petits gestes sauvent la planète et leurs futurs petits enfants. 

Et pourtant, je sais bien que cette conne d’Evelyne Dhéliat et son Défi pour la Terre post-météorologique, ses conseils abrutissants, continuera de nous culpabiliser tous les jours.
Elle osera même, l’an prochain, nous parler encore des cinq minutes de pause électrique avant vingt heures la veille de l’évènement. Cinq minutes sans courant.

 

Mais le jour même, elle fermera sa gueule, sur son TF1, à 19h56, juste avant la page de pub, parce que notre esprit doit se concentrer sur une place de cerveau disponible plutôt que de sauver la planète.
Comme ce dernier mardi.
TF1 et Evelyne sont comme nous, l’intérêt personnel passe avant le général.

Posté par barnabe à 18:03 - Critiques faciles... - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

  • Oui mais ça c'est la main invisible !!!
    Ce qui est magique c'est que chacun ne se préoccupe que de son interêt personnel mais la main invisible fait en sorte que les interêts personnels de tous et chacun génèrent un intérêt général. Et ça c'est top.

    (bon après la pollution bla bla bla l'écologie c'est pas toujours logique)

    Posté par érika, 16 janvier 2008 à 20:56

Poster un commentaire