31664222

Discussions avec torts et travers

09 février 2009

Le soleil est vert, vous savez

Au moment où vous vous apercevez de l’ironie de la situation, c’est déjà un pas de gagné vers la lucidité. Et je me le dis de plus en plus souvent, je développe cette capacité au mensonge dans ma vie professionnelle.

DSC00416Certes, quand c’est bleu, c’est bleu. Mais j’obtiens des bleus pales, des bleus foncés et quelquefois des bleus turquoise ou même verts. Je tends vers le changement de couleur et de ton, à force d’argumentaire qui file de plus en plus naturellement dans la conversation.
Face à moi, collègue chiant, intervenant commercial, ou je ne sais qui d’autres.
Cependant, dès que je suis directement intégré dans la conversation comme un maillon de la chaine, je retrouve cette humanité, cette distinction entre le bien et le mal, la vérité aussi.
Ce qui énerve au plus haut point mes proches, disons le donc, est une certaine mauvaise foi, une insistance à toujours avoir raison (il est vrai que c’est assez pénible pour les autres d’avoir souvent tort. Le fait est que ma perfection naturelle agace.).

C’est une arme relationnelle à affirmer de sang froid un avis pour ranger une décision de son côté.
Un outil de réussir à orienter, manipuler. Un combat quelquefois de longue haleine dont on ne comprend les rouages qu’à la fin. Il s’agit d’une sorte de communication, usuelle aujourd’hui chez les journalistes, les politiques. Jeux de dupes étranges d’où il faut sortir gagnant. Au dessus, eux aussi, utilisent, s’amusent presque.
Je m’étonne toujours, comprends, m’adapte, perds la raison dans certains contextes.

Point de gravité dans les propos tout de même mais des conséquences. Toujours avoir le recul, il faut.

Ou alors, le chemin devient trouble. Vous vous auto-persuadez d’avoir raison, toujours raison, que vous prenez toujours les bonnes décisions, parce que savez trouver les bonnes raisons, justifications.
Pire encore, vous découvrez que vous auriez peut-être des intuitions, un sixième sens.

Fariboles du monde.

Posté par barnabe à 08:06 - Des aventures trépidantes - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Tu ne peux pas avoir toujours raison puisque c'est mon patron qui prétend que c'est lui. Et comme sur certains points je suppute que vous ne seriez pas d'accord...



    T'as raison. Vanité de tout ça. Vacuité.

    Posté par Anne, 09 février 2009 à 10:27
  • Ah, il était temps que tu t'en rendes compte !!!!

    Posté par Phany, 11 février 2009 à 09:33

Poster un commentaire